Bilan Enfants du Désert 2018

Lors de la 21ème édition du 4L Trophy, nos étudiants ont encore une fois marqués l’histoire par leur action solidaire !

En tout, ce seront plus de 20 000 enfants qui vont bénéficier d’une aide matérielle grâce aux Trophystes !

En amont du Rallye, 36 000 € ont été donnés par les Trophystes !

Qui dit dons incroyables dit projet exceptionnel : en tout, en 2018 ce sont 3 nouvelles écoles qui vont voir le jour dans le désert marocain.

Retrouvez le bilan complet de l’action solidaire du 4L Trophy sur le site d’Enfants du Désert.

Que sont-ils devenus ?

L’impact du 4L Trohy dans… la vie professionnelle

« J’ai lancé mon entreprise juste après mon retour du 4l Trophy. En tant que studio graphique et de communication, j’ai profité de ma participation au 4l pour créer une véritable marque à travers notre nom de team (produits dérivé etc) et touche un maximum d’entreprise et d’événements. Je peux dire que le 4l Trophy fut un véritable Tremplin, car à l’issue du Raid, plus de la moitié de mes sponsors sont devenus mes clients et/ou fournisseurs. »

Alexandre LESENFANTS, Gérant – Directeur artistique- Watermelon

« Le raid m’a apporté bien plus qu’on ne peut l’imaginer.
Préparer un tel projet en plus de l’organisation professionnelle nécessite de développer une organisation draconienne.

Le raid en lui-même m’a permis de rencontrer des personnes extraordinaires (nous avons formé un groupe de 8 personnes pendant le Trophy et à l’heure d’aujourd’hui il ne se passe pas 5 jours sans qu’on se voie tous). Il m’a permis aussi de (re)découvrir ces paysages Marocain magnifiques et enfin et surtout relativiser sur notre situation en France. Le Maroc est un pays riche et à besoin du soutien que le Trophy peut amener pour continuer à se développer et à rayonner comme il le mérite.

De plus, le Trophy a aussi beaucoup resserré les liens entre mon employeur et moi.
Celui-ci m’a sponsorisé l’an dernier renouvelle l’opération cette année et m’a proposé un CDI dans l’année alors que j’étais agent commercial indépendant l’année dernière.

Pour conclure, le Trophy change la façon de penser, de vivre et donc de travailler. »

Jonhatan, Responsable Commercial grand sud – ChargeBox France
« Quand le 4L Trophy m’a ouvert ses pistes, j’étais en train de faire des études intéressantes mais qui me laissaient toujours remplie de doute face à mon avenir professionnel. Préparer le raid m’a permis de mettre du réel dans mes études ; faire le raid m’a permis d’ouvrir la porte à mes rêves. L’aventure fût si belle et si forte que j’ai voulu me lancer dans l’humanitaire. C’est ce que j’ai fait 1 an après. Une nouvelle expérience qui m’a à nouveau permis de partir à l’aventure mais qui a aussi recadré mes idées innocentes.
Aujourd’hui, après avoir vécu dans 4 pays différents, mon quotidien professionnel est fait de rencontres, d’échange et de partage : des valeurs que le 4L m’a fait découvrir dans la vie réelle, loin des livres et des bancs de la Fac. »

Aura Tranier, professeur de Français Langue Etrangère – l’Alliance Française du Cap (Afrique du sud)
« Le 4L Trophy est un réel vecteur. Pour chacun de mes entretiens, j’ai mis en avant cette expérience afin de montrer toute ma détermination et ma générosité. »

Mathieu, ingénieur commercial – Apside

« Je suis aujourd’hui conductrice de travaux et ma profession regroupe un tas de domaine comme : la conduite de travaux, le suivi, la gestion financière, la gestion humaine, la gestion du matériel et des matériaux, le marketing, la communication, le commercial, le management ….
A travers le 4l trophy en 2008, j’ai dû monter mon projet dans les grandes lignes afin d’étudier sa faisabilité. Ensuite, je l’ai étudiée plus en détail avec le montage d’un dossier financier détaillé afin d’appréhender les besoins. Une fois que le projet a pris forme sur papier il a fallu passer à l’action c’est-à-dire d’un côté gérer les logistiques mécaniques (la voiture, les pièces détachées, la mécanique…) et de l’autre côté la prospection commerciale pour trouver des sponsors.
A l’époque encore étudiante toutes ces notions n’ont pas toujours été faciles à gérer et surtout à maîtriser. Le plus dur a été cette phase de préparation longue et angoissante ; par contre une fois sur les pistes c’était un autre univers j’ai découvert des notions très différentes qui étaient dirigées vers l’entraide, la solidarité, la sportivité, le secourisme …. Puis un vécu exceptionnel avec les échanges avec les habitants, enfants, adultes…
Aujourd’hui, je peux dire que l’élagage est un métier sportif et en tant qu’encadrante depuis maintenant 7 ans, mère de 2 enfants (2 et 5 ans) je cours, je répare, j’apporte, je vérifie, j’aide, je positive, j’assiste, je secours, je soutiens, je coopère, j’entretien…
Je peux juste en conclure qu’avec le recul le 4L trophy c’est mon quotidien. »

Péroline Bernard, Conductrice de Travaux – Société SERPE
Cela n’a pas été un tremplin mais cela m’a rendu plus déterminée que jamais et m’a montré à quel point le fait d’être plusieurs étaient importants pour réussir quelque chose.

Céleste Pouy, va débuter un CDI en audit en septembre.