1er Rallye Raid 100% jeune et fun au Maroc. Toi aussi, viens vivre une folle aventure, où fun et solidarité se cotoient !

 Un avant-goût des grands espaces

Désormais réunis sur le sol marocain, les équipages ont rejoint Boulajoul ce dimanche, premier véritable bivouac de l’aventure, niché sur les plateaux du Moyen-Atlas. Une journée riche de découverte et de rencontres. Avant de basculer dans la compétition demain.

La direction Boulajoul ? Suivez le road-book ! Profitez chers Trophistes, pour l’instant, une erreur de bifurcation n’a d’autre conséquence que d’allonger un peu la route. Mais à partir de lundi, le rallye-raid bascule dans la compétition. Une erreur d’interprétation, et ce sera le gadin assuré au classement… Ce dimanche, ils n’y pensaient pas encore. Si une moitié des équipages s’est levée aux aurores pour embarquer (en retard…) à destination de Tanger, ceux qui ont passé la nuit à Rabat ont gagné une poignée d’heures de sommeil supplémentaire. Tous ont mis le cap au Sud, direction Boulajoul, « spot » du premier vrai bivouac de l’aventure installé sur les plateaux du Moyen-Atlas. Une étape attendue mais habituellement redoutée du parcours, où l’altitude (1600m) engendre parfois des températures plutôt frisquettes au mois de février. Ici est née, il y a quelques années, cette expression entrée dans la légende du raid : « A Boulajoul, fous ta cagoule ! » Mais cette année, merci le report au mois de mai, les plaines étaient vertes et les abords des routes jonchés de coquelicots. Côté températures, il faisait un bon 25 degrés dès le milieu de la matinée, et cela n’a pas chuté au point de sortir les cagoules. C’est confirmé, pas de cagoules à Boulajoul. Parfait pour continuer à fêter des 25 printemps de l’événement.

 

Plongée dans le bain marocain 

Cette plongée vers le Sud du pays dévoile un Maroc méconnu. Celui de l’Atlas et des montagnes, des villes et des villages aux noms évocateurs, Boufakrane, Midelt, Ifrane, Timahdite… On s’y rebooste avec un bon tajine, attablé à une terrasse. Ou on opte pour un bon confit de canard, cuit au réchaud, comme Weddy et Morgane (équipage 603), quand on arrive tôt au bivouac. Mais avant l’arrivée, les passages en altitude ont dévoilé les premiers paysages à perte de vue, et les célèbres singes de la forêt de cèdres. Comme chaque année, ils attendaient impatiemment les Trophistes qui ont improvisé des aires de pique-nique en leur charmante compagnie. D’autres équipages ont préféré les bords d’une rivière à proximité d’adorables ânes. « C’est l’arche de Noé ici !  » s’est étonné l’un d’entre eux. Certes, mais il manque encore les dromadaires.

Premier bivouac

Divisés en deux groupes la nuit dernière, les Trophistes se sont finalement retrouvés à Boulajoul pour le premier bivouac en commun sur le sol marocain. De quoi se redonner le sourire, a fortiori avec la toile de fond plutôt sympa formée par les majestueux sommets du Moyen-Atlas, loin de la civilisation. Ils sont venus pour ça, même si certains n’ont pas résisté à la tentation de faire des pauses dans les auberges du coin pour poster et visionner des stories… 

Demain, la piste

Demain, ce sera l’ouverture de la compétition mais aussi l’un des grands temps fort du raid, à savoir la cérémonie de remise des dons à l’association Enfants du désert, au cours de laquelle les équipages déchargent les fournitures acheminées depuis chez eux. En attendant, place aux plats chauds de Brahim, intendant en chef du bivouac. Au menu ce soir, soupe, et tajine de poulet aux légumes. Demain, ce sera Merzouga, le grand Sud, les dunes et surtout la piste. Et encore quelques degrés de plus…

Monday 09 May 2022 à 00h04